Centre d'Etudes Supérieures de la Littérature
  Membres
 
CENTRE D’ÉTUDES SUPÉRIEURES DE LA LITTÉRATURE

Algérie

Atamena ABDELMALIK (T. 2018) :
Maître de conférences à l’Université Abbès Laghrour à Khenchela au sein du Département de langue et littérature françaises, membre du laboratoire TRANDIS (traduction et analyse du discours). Ses préoccupations portent sur les sciences des textes littéraires, l’anthropologie sociale et culturelle, la sociologie de l’environnement ainsi que sur l’autobiographie et l’histoire chez Amin Maalouf. Il a participé à plusieurs colloques et congrès internationaux en Algérie, en France, au Canada, au Liban et en Tunisie, portant sur la littérature (écriture autobiographique, historique et mythique, engagement, création…), sur l’histoire et l’anthropologie (Mémoires et patrimoine, récits de vie, Transactions culturelles entre les Européens et les Algériens pendant la période coloniale, espace et sacré, guerre, mémoire et histoire). Il s’est récemment intéressé à l’œuvre d’Hédi Bouraoui et a effectué une note de lecture, « Hédi Bouraoui. Transpoétiquement vôtre : Anthologie (1966-2016) / Transpoeticamente vostro : Antologia (1966-2016). Edited and translated by Mario Selvaggio. Rome: Edizioni Universitarie Romane, 2016. 222 pp. », publiée dans la Revue Skené.

Aziza BENZID (T. 2018) :
Maître de conférences en Sciences des textes littéraires à l’Université Mohamed Khider à Biskra et membre du projet de recherche universitaire CNEPRU « Les représentations linguistiques au carrefour des sciences humaines ». Ses travaux s’inscrivent essentiellement dans le domaine de la littérature comparée, la littérature policière et la géocritique. Elle a à son actif plusieurs articles, parmi lesquels : « La création littéraire au confluent de la littérature et de la géographie : de la textualité de l’espace à la spatialité du texte », « Le personnage khadraien entre réalité romanesque et effet de réel », « La mise en texte de la ville d’Alger dans la trilogie policière de Yasmina Khadra : Morituri, Double blanc et L’Automne des chimères », « Pour une approche épistémologique des théories de réception. Elle a pris part à des colloques et des journées d’étude en Algérie comme à l’étranger (Roumanie, France, Maroc, Tunisie, Italie) portant sur des thèmes variés autour de la littérature, du roman policier, de la photographie, de l’interculturel et de la didactique du FLE.

Chafika BOURAIOU (T. 2018) :
Maître de conférences en philosophie arabe et chef du Département des Sciences Sociales et Humaines à l’Université Larbi Ben M’Hidi à Oum El Bouaghi. Ses publications autour de la phénoménologie sont des articles universitaires.


Fatma-Zohra HARIDI (T. 2018) : Maître de conférences à l’Université 8 Mai 1945 à Guelma, elle est responsable de la filière architecture. Elle obtint son savoir en architecture (option Villes orientales) à l’École d’Architecture de Versailles et en urbanisme à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense doublé d’une formation similaire respectivement à l’Université de Constantine et de Guelma. Elle poursuit des recherches indépendantes et ponctuelles depuis l’année 2000 sur la mise en œuvre de la forme de ville de certaines villes en Algérie, telles que les oasis de la région de la Saoura, les villes de Guelma, d’Annaba et d’Alger. Les travaux de recherche entrepris sont des bilans prospectifs sur le mode de perception de la ville durable et son évaluation sociale, culturelle et environnementale. Elle a publié plusieurs articles dans divers domaines : la perception d’habitants : un décryptage « du monde de la vie », effets de l’évaluation environnementale, la composition et la conception architecturale, le développement durable et la ville existante. Elle participe régulièrement à des colloques internationaux concernant la composition architecturale et son effet sur la transformation de ville actuelle.

Khemissa LAÏB (T. 2018) : Maître de conférences en philosophie générale à l’Université Larbi Ben M’Hidi à Oum El Bouaghi. Elle est engagée, depuis un certain nombre d’années, dans de multiples colloques internationaux où elle conjugue approche anthropologique et philosophie. Ses principales publications concernent des articles universitaires souvent autour de la figure de Gabriel Marcel.

Ala Eddine LAOUIER (NT. 2018) :
Architecte stagiaire à Guelma.





Zineb MOUSTIRI (T. 2018) :
Maître de conférences en sciences du langage à l’Université Mohamed Khider à Biskra et membre du projet de recherche universitaire CNEPRU « Les représentations linguistiques au carrefour des sciences humaines ». Ses travaux s’inscrivent essentiellement dans le domaine de la sociolinguistique, la politique linguistique et l’analyse de discours. Elle a à son actif plusieurs articles, parmi lesquels : « Le texte littéraire au service de l’enseignement / apprentissage du FLE dans le contexte algérien : objectifs et défaillances », (2017), « Le français et sa culture dans le milieu scolaire : objectifs et limites », « Représentations des langues en présence chez les enseignants algériens : « contact » ou « conflits » ? », « Pour une écologie des langues existantes en Algérie ». Elle a pris part à des colloques et des journées d’étude en Algérie comme à l’étranger (Roumanie, France, Maroc, Italie) portant sur des thèmes variés autour des discours épilinguistiques, de la littérature, de la photographie et de l’interculturel et la didactique du FLE.

Besma NACER (NT. 2016) : Doctorante à lUniversité dAngers, elle travaille sur lécriture féminine, le mythe, la franc-maçonnerie, plus particulièrement sur Malika Mokeddem, Gérard de Nerval et George Sand. Elle est lauteure de quelques articles dans le journal en ligne Al Huffington Post et de louvrage Les Limites du corps et les arts.

Chahrazed OUAHAB (NT. 2018) :
Enseignante et doctorante en littérature comparée et dialogues interculturels à l’Université Djillali Liabes à Sidi Bel Abbès. Elle vient d’écrire un article intitulé « L’imitation : entre angoisse et richesse » dans la Revue algérienne des lettres.

Belgique
  
Laurent ROBERT (T. 2012) : Maître-assistant à la Haute École en Hainaut à Mons, docteur en langues et lettres de l’Université de Liège. Ses principales thématiques de recherche portent sur la poésie en langue française des dix-neuvième et vingtième siècles, avec une attention particulière sur les femmes poètes, la poésie contemporaine, le renouveau des formes poétiques traditionnelles, l’usage des contraintes d’écriture. En lien avec ces objets, il travaille sur Natalie Barney, Daniel Lesueur, Marceline Desbordes-Valmore, Georges Fourest, Laurent Tailhade, Jacques Roubaud, William Cliff, Christian Pringent, Jan Baetens ou Rossano Rosi. Il présente à son actif une quinzaine de travaux et publications : livres, articles.

Jean-Ba
ptiste ZEKE (NT. 2018) : Doctorant à l'Université Catholique de Louvain-la-Neuve. Son domaine de recherche porte sur l'éthique fondamentale.


 
Biélorussie

Hanna HILNICH (NT. 2014) :
Négociatrice en commerce international en alternance avec l’enseignement du russe dans le Secondaire et à titre privé, lauréate du concours national de français lors des Olympiades de Minsk en 2004. Au cours de ses études universitaires, elle participa à l’atelier Shakespeare d’André Markowicz, alors artiste-traducteur en Résidence à l’Université François-Rabelais de Tours en 2005-2006, autour de la farce intitulée Les Joyeuses Épouses de Windsor. Portée vers l’écriture poétique qu’elle compare à l’acte du tissage ou de la broderie, elle a choisi de composer ses premiers vers en français réunis sous le titre Mes Sentiments retrouvés. Depuis, elle multiplie les lectures poétiques publiques. Site web :
hannahilnich.wordpress.com

Cameroun

Bernard DJOUMESSI TONGMO (NT. 2018) :
Doctorant en littérature et culture françaises à l’Université de Dschang. Ses deux domaines de recherche sont le postcolonialisme et la littérature comparée. Il est l’auteur de deux essais publiés en France, l’un sur la déconstruction, De la critique de l’infrastructure coloniale française à l’enchevêtrement des singularités culturelles dans Madame Bâ d’Erik Orsenna, l’autre sur la théorie littéraires, Art littéraire et existence, ainsi que de trois articles scientifiques respectivement dans les revues du Cameroun, de la Jordanie et de la Roumanie. Boursier Eugene Ionescu 2018, il a effectué une mobilité de recherche doctorale de trois mois en Roumanie à l’Université Ștefan cel Mare (Suceava).
 
Canada

Abderrahman BEGGAR (T. 2015) :
Docteur ès Lettres de l’Université Paris-Sorbonne, diplômé du Centre d’études diplomatiques et stratégiques ainsi que de l’Académie diplomatique internationale de Paris, également de sciences de l’éducation de l’Université de Western Ontario de Londres (Canada), il est professeur agrégé associé à l’Université Wilfrid Laurier à Waterloo au Canada. Ses domaines de recherches portent sur les civilisations méditerranéennes, les relations internationales, l’anthropologie, le journalisme, le roman ainsi que sur l’analyse du discours. Il est l’auteur de deux livres sur Hédi Bouraoui, L’Épreuve de la béance, l’écriture nomade chez Hédi Bouraoui et Éthique et rupture bouraouïennes qui fit l’objet de nombreux comptes-rendus universitaires, édita un volume sur Hédi Bouraoui et l’écriture pluriculturelle et rédigea plusieurs articles académiques et chapitres dans des livres. Plus largement, il mène un travail de comparatiste autour des questions liées aux mondes arabe, hispanique, francophone, latino-américain. En tant qu’auteur, il écrivit un beau roman intitulé Le Chant de Goubi. Site web : www.wlu.ca/homepage.php

Boussad BERRICHI (T. 2015) :
Docteur ès Lettres de l’Université Paris X, professeur à temps partiel au département de français de l’Université d’Ottawa (Canada), Membre du CMC (Canada Mediterranean Centre) à l’Université York (Toronto) et du GRELCEF de l’Université Western Ontario, membre de l’APFUCC (Association des Professeur-e-s de français des Universités et Collèges canadiens), associé au réseau des chercheurs de l’Institut canadien de recherche sur les minorités linguistiques de l’Université de Moncton, chercheur invité de la Fondation Kastler de l’Académie des sciences (France). Il est l’auteur de plusieurs livres dont un collectif pluridisciplinaire international Tamazgha (Afrique du nord) francophone au féminin avec une préface d’Hédi Bouraoui. Il a publié plusieurs articles dans des ouvrages collectifs et revues sur les littératures francophones notamment sur l’œuvre d’Hédi Bouraoui. Il a participé à de nombreux colloques et congrès internationaux (France, Canada, Algérie, Tunisie, Maroc, Hongrie, USA) et dernièrement en Chine à Beijing-Pékin. Récemment, il a dirigé un numéro spécial de la revue Dalhousie French Studies de l’Université Dalhousie en Nouvelle-Écosse au Canada.

Hédi André BOURAOUI (T. 2013) :
Professeur distingué émérite de Lettres à l’Université York de Toronto au Canada, un des enseignants pionniers de cette université au début de sa fondation, créateur du programme multiculturel du Collège universitaire Stong, fondateur du Centre Canada-Méditerranée à l’Université York, membre de la Société Royale du Canada (Académie des Lettres et des Sciences humaines), écrivain en Résidence à vie à l’université, membre du PEN-Club, Officier dans l’Ordre des Palmes Académiques du Gouvernement français, critique littéraire, essayiste, poète, conteur, nouvelliste et romancier. Cet érudit canado-tunisien étudie le monde méditerranéen, la créativité-critique, la transculturalité, la francophonie, les littératures maghrébines et adopte des analyses textuelle, sémiotique, structurelle, existentielle, phénoménologique et déconstructive dans le but de mettre l’accent sur l’apport socio-culturel, l’identité, l’altérité et la différence. Dans le cadre de ses écrits théoriques, il fut, par exemple, à l’origine du concept de « transpoétique » conçu en 1972. Pour son engagement en matière d’Humanisme, l’ouvrage Hédi Bouraoui et les valeurs humanistes, lui rend hommage. Site web : hedibouraoui.com

CENTRE MEDITERRANEE-CANADA (2016) :
Le Centre Méditerranée-Canada (CMC) à Toronto, Canada, et le Centre d
Etudes Supérieures de la Littérature (CESL) à Tours, France, se sont mis daccord, en juillet 2016, pour "une association informelle pour une coopération pure et simple". Site web : cmc.info.yorku.ca et voir également : cmc.journals.yorku.ca/index.php/cmc/issue/view/2285/

Françoise NAUDILLON (T. 2015) :
Professeure à l’Université de Concordia à Montréal au Canada, spécialiste des littératures populaires et francophones (roman policier, théâtre) ainsi que de leur réception. Son intérêt pour les littératures insulaires (Antilles, Guyane, Haïti) la conduisit à écrire un ouvrage intitulé Jean Métellus analysant aussi bien l’homme que l’œuvre. Dans le cadre des littératures et cinémas d’Afrique, elle a publié Images et mirages des migrations dans les littératures et les cinémas d’Afrique francophone, un collectif qu’elle a co-dirigé. Elle s’est par ailleurs intéressée à la place des femmes dans la société, plus spécifiquement à leur rôle et aux responsabilités qu’elles occupent dans les milieux universitaires.
 
Irène OORE (T. 2015) :
Professeure au Département de français à l’Université de Dalhousie à Halifax. Elle débuta sa formation supérieure à l’Université de Tel-Aviv, en Israël, en littératures française, anglaise et américaine, autour du genre romanesque, avant de rejoindre celle de Waterloo puis Western en Ontario où elle se spécialisa sur la littérature québécoise. Elle s’intéresse à André Langevin, Anne Hébert, André Giroux, Sergio Kokis, Monique Bosco, Aki Shimazaki, Lise Tremblay et Marie-Claire Blais. Elle met un point d’honneur à travailler de manière pluridisciplinaire en mettant en relation la littérature, les arts visuels, la musique et léthique. Elle est, entre autres, l’auteure de Marie-Claire Blais : An Annotated Bibliography.

Sergio VILLANI (T. 2015) :
Professeur de littérature française contemporaine à l’Université York de Toronto (Canada). Ses travaux portent sur de nombreux auteurs à travers lesquels il diffuse la littérature française et francophone comme Andrée Chedid, Hédi Bouraoui, Arthur Rimbaud, Paul Claudel, André Malraux ou Paul Valéry au sujet duquel il écrivit Paul Valery on War, Power and Civilization. Il a également traduit On Silence / Du silence d’Eugène Guillevic

Congo
 
Jacques Gervais OULA (NT. 2018) :
Enseignant d’histoire de la philosophie et de la philosophie du droit à l’Université Marien Ngouabi, l’Université Protestante de Brazzaville, l’Université Henri LOPES et au Grand Séminaire de Philosophie Monseigneur Georges Firmin SINGHA à Brazzaville, il prépare un doctorat en Histoire des civilisations portant sur une étude comparative égypto-gréco-romaine de « La construction des institutions politiques, judiciaires et sociales dans l’Antiquité ». Il s’investit aussi dans la rédaction d’articles pour les revues Les Cahiers congolais d’anthropologie et d’histoire, Les Annales de la Faculté des Lettres, des Arts et des Sciences Humaines de son université principale dans les domaines de l’éthique, la justice et le droit.

Côte d'Ivoire

Bi Zaouli Sylvain ZAMBLÉ (T. 2018) :
Maître assistant à l’Université Alassane Ouattara à Bouaké au département de philosophie. Le chercheur en philosophie, formé également en droit général, travaille sur les droits de l’Homme. Dans ce contexte, il a écrit plusieurs articles parmi lesquels « Laïcité et citoyenneté en Côte d’Ivoire » dans Perspectives philosophiques et « Les « Sans-papiers » au prisme des « Sans-droits » de Hannah Arendt » dans Germivoire.


Hyacinthe E. NOGBOU (T. 2018) :
Maître de conférences en philosophie politique à l’Université Alassane Ouattara à Bouaké, il est Diplômé de l’Université de Paris 8 Vincennes Saint-Denis. Sa thèse, suivie par Daniel Bensaïd, a porté sur Le Dépérissement de l’État dans la philosophie de Karl Marx. Il est l’auteur de plus d’une vingtaine d’articles et d’un ouvrage. Ses recherches se construisent, pour l’essentiel, sur les fondements de la philosophie de Marx. Dans ce vaste champ que constitue le système marxien, l’originalité des recherches se traduit par l’intérêt particulier qu’il accorde aux questions politiques, économiques et sociales et aux droits des peuples, mais surtout à leur actualisation dans ce monde en perpétuelle mutation.

Danemark

Merete GERLACH-NIELSEN (T. 2010-2019, décédée) :
Maître de conférences retraitée de l’Université de Copenhague au Danemark, agrégée de Lettres et ancienne directrice de l’UNESCO à Paris. Elle est Officier de lordre des Palmes académiques. Depuis sa retraite, elle a des activités de chercheuse, de professeure associée ou invitée, de chargée d’enseignement dans des universités françaises, danoises ou autres en raison de sa connaissance approfondie de la littérature et de la linguistique danoises et françaises reconnue internationalement. Ses domaines de recherches portent sur l’anthropologie classique, le XIXe siècle, la question de l’égalité et des femmes sous un éclairage historique. Elle travaille ainsi sur les œuvres de Molière, d’Andersen ou de Stendhal au sujet duquel elle publia l’ouvrage Stendhal théoricien et romancier de l’amour et des articles sur la réception de Stendhal. Son engagement féministe la conduisit à traduire en danois XY : De l’identité masculine de la philosophe Élisabeth
Badinter.

Egypte

Nermine EL SAWY (T. 2018) :
 Professeure adjointe au département de Français, vice-doyenne de la Faculté des Langues et de Traduction et coordonatrice des Relations Internationales francophones à l’Université Pharos d’Alexandrie. Elle est par ailleurs membre du Centre de Recherches Internationales sur l’Imaginaire. Spécialisée en linguistique, dans les domaines spécifiques de la sémiotique, de la pragmatique et de l’analyse discursive, elle a publié plusieurs articles concernant l’image de la femme, les droits de l’enfant et les figures de style autour des œuvres de Pierrette Fleutiaux, Jean Giono et Tahar Ben Jelloun.

Espagne

Alicia H. PULEO (T. 2018) :
Professeure de philosophie à l’Université de Valladolid, elle y est membre du Conseil du Centre d’Études de Genre. Elle est membre également du Conseil de l’Institut de Recherches Féministes de l’Université Complutense de Madrid, elle fit partie du Séminaire pionnier en Philosophie et Féminisme créé par la philosophe Cèlia Amorós et dirigea une série de cours intitulée « Feminismo y Ecología et Discurso sobre la sexualidad y Crítica Feminista ». Depuis l’année 2014, elle est directrice de la Collection Féminismes de la Maison d’édition Cátedra. Engagée dans une action écoféministe – contre toute forme d’oppression et pour une égalité des droits – elle a publié un essai qui fut finaliste du Prix National d’Essai en Espagne : Ecofeminismo : Para otro mundo posible. Site web : aliciapuleo.net

Te
ófilo SANZ (T. 2016) : Professeur de Lettres à lUniversité de Burgos, vice-président de lAssociation Internationale de la Critique Littéraire. Sa double compétence de docteur en littérature française et en musicologie lui permet détudier les rapports entre la littérature et la musique. Il a écrit de nombreux articles de théorie musicale en lien avec la poésie française, notamment dans Música y literatura avec un article sur « La poesia francesa en la obra de Maurice Ravel » (« La poésie française dans loeuvre de Maurice Ravel »). Il a également beaucoup travaillé sur loeuvre de Marguerite Yourcenar et est lauteur de Cómo leer a Marguerite Yourcenar (Comment lire Marguerite Yourcenar). Depuis quelques années il développe des recherches dans le domaine de lécocritique.

Etats-Unis

Bernadette CAILLER (T. 2015) :
Professeure comparatiste émérite de l
Université de Floride, à Gainesville, diplômée des Universités de Poitiers et Paris ainsi que de Cornell à Ithaca où elle reçut un PhD de littérature comparée en 1974. Spécialiste des littératures caribéennes et africaines, elle est membre de lAfrican Literature Association depuis 1975 et du Conseil International dEtudes Francophones depuis 1987. En 1999, elle reçut le prix Maurice Cagnon (désormais prix du CIEF) attribué par lUniversité de Louisiane à Lafayette en reconnaissance de ses travaux contribuant au développement et au rayonnement des études francophones dans le monde. Ses travaux récents incluent un article intitulé « Poétique, politique et éthique de limaginaire dans Les Neuf Consciences du Malfini (2009) de Patrick Chamoiseau » paru dans Présence africaine. Parmi ses livres, on compte Carthage ou la flamme du brasier publié par Rodopi en 2007. Ses recherches portent sur Saint-John Perse, René Depestre, Edouard Glissant, Cheikh Hamidou Kane, Simone Schwarz-Bart, Aimé Césaire, V.Y. Mudimbe, Hédi Bouraoui, Léon-Gontran Damas, Simone Weil, Marguerite Yourcenar, Andrée Chedid, Emmanuel Levinas, Lorand Gaspar, Patrick Chamoiseau, Raphaël Confiant et quelques autres auteurs.

Gilles VIENNOT (T. 2016) : Professeur assistant de français à l’Université de l’Arkansas à Fayetteville. Il a obtenu à Besançon une maîtrise de lettres modernes consacrée à Marie Desplechin, sous la direction de Catherine Mayaux, une maîtrise de traduction littéraire à Paris VII, sous la direction de Jean-Pierre Richard et Claro, ainsi qu’une thèse de littérature française, consacrée à Houellebecq, à l’Université du Kansas, sous la direction de Van Kelly. Il enseigne la littérature et le cinéma. En 2015, il a publié deux articles dans l’anthologie Migration / Translation publiée par les Presses Universitaires de Paris-Ouest Nanterre, dirigée par Corinne Alexandre-Garner, et dans la revue Transverse, de l’Université de Toronto. Il publie, fin 2016, un article dans l’anthologie Tous Malades, éditée par Florence Fix, de l’Université de Lorraine, et un autre article pour la revue Alkemie, publiée par Classiques Garnier, et dirigée par Mihaela-Genţiana Stănişor. Il coédite un volume sur la représentation de la jeunesse dans le cinéma français et francophone récent, en partenariat avec le Dr Romain Charreyron, professeur à Washington State University.

France
 
Marie-Lise ALLARD (T. 2012) :
Enseignante de Lettres modernes du secondaire à Paris, docteure en langue et littérature française comparée. Ses principales thématiques de recherche portent sur la poésie lyrique et l’écriture romanesque. Elle s’intéresse plus largement au traitement réservé à la Première Guerre mondiale dans la littérature féminine française dans le cadre des activités du Conseil International d’Études Francophones de San Francisco. En lien avec ces objets, elle travaille sur Marcel Proust, Anna de Noailles. Elle est l’auteure d’Anna de Noailles : entre prose et poésie.
 
Monique ARMANDIN (NT. 2013) :
Enseignante agrégée de Lettres modernes dans le secondaire à Tours. Ses principales thématiques de recherches concernent les Salons au XVIIIe siècle ainsi que l’adaptation théâtrale d’œuvres littéraires. Elle est présidente de la Compagnie du Théâtre des beaux jours, à Rochecorbon, dont le but est de prolonger le travail d'art dramatique du lycée en permettant à des jeunes et aussi des moins jeunes de pratiquer une activité théâtrale et de réaliser des spectacles ouverts au public. En lien avec ses objets, elle travaille sur Diderot, Tchékhov.


Laurent BASTARD (NT. 2016) :
Directeur du Musée du Compagnonnage de Tours, il est l
auteur dun grand nombre douvrages autour du Compagnonnage tels que les Images des Compagnons du Tour de France ou les Compagnons au fil de la Loire. Il gère, dans le cadre de ses recherches quotidiennes, également au gré des rencontres quil est amené à faire lorsquil invite des conférenciers - eux-mêmes souvent Compagnons ou Universitaires - une base de données généalogiques sur des milliers douvriers ayant été reçus dans cette prestigieuse communauté depuis plusieurs siècles. Site web : www.museecompagnonnage.fr/

Annick BATARD (T. 2013) :
Maître de conférences à l’Université Paris 13 et à la Maison des Sciences de l
Homme Paris Nord, membre du Laboratoire des Sciences de l’Information et de la Communication et de la Société Pour l’Histoire des Médias. Elle travaille sur la presse française, la critique journalistique, le multimédia, les questions d’œuvres, d’auteurs et de genre dans le but d’interroger la dimension ludo-éduco-pratico-culturelle dans la presse et les nouveautés culturelles. Elle est l’auteur avec Marie-Christine Lipali-Vaissade de l’ouvrage Admis en grandes écoles : épreuves d’admissibilité et d’admission pour l’entrée en écoles de journalisme permettant de comprendre et de s’entraîner aux exigences du nouveau concours. Elle oriente notamment son travail sur le processus de légitimation de nouveaux médias (cédéroms, jeux vidéo) par le biais d’une critique spécifique dans la presse généraliste.
 
Alice BÉJA (T. 2012) :
Maître de conférences à Sciences Po de Lille, traductrice, ancienne secrétaire de rédaction de la revue Esprit. Ses principales thématiques de recherches spécialisées en littérature américaine sont les liens entre fiction et politique dans l’Entre-deux-guerres aux États-Unis, la politique actuelle aux États-Unis. En rapport avec ces objets, elle travaille sur les œuvres de John Dos Passos, Grace Lumpkin, Henry Louis Mencken et sur la figure de Barack Obama. Elle présente à son actif une soixantaine de travaux et publications parus et à paraître dans plusieurs domaines depuis 2002 : ouvrages, articles critiques, traductions, organisation de conférences, participation à des colloques.

Pierre BRILLARD (NT. 2016) :
Bibliophile, libraire en activité, à Tarascon, du 5 décembre 2008 au 12 février 2016, il dut fermer boutique à la suite d’une affection invalidante d’origine cérébrale qui débuta fin 2015 occasionnant une opération chirurgicale délicate suivie d’une rééducation progressive pour recouvrer une certaine mobilité. Depuis 2009, il tenait un blog très fourni et d’un caractère original. Au lieu de cataloguer, de décrire, d’indexer l’ensemble des livres qu’il acquerrait et revendait, il rédigeait presque un article d’ampleur par jour contenant, pour certains, des mélodies d’analyses pertinentes comme ce fut le cas le 17 juin 2010 pour son « Gabriel Belot, « homme orchestre » du livre ». Sa démarche ressemble fort à celle lancée par Ferdinand Fauchereau (1838-1916), le bouquiniste de l’Yonne de renommée nationale en son temps, qui rédigea des articles relativement conséquents, pour son catalogue, sur les livres et auteurs qui transitaient dans sa librairie ancienne et moderne auxerroise. Site web: livresanciens-tarascon.blogspot.fr/
 
Véronique BRIENT (T. 2014) :
Enseignante (qualifiée Maître de conférences en littératures comparées), poétesse, présidente de l’Alliance française de Touraine, commissaire d’expositions pour l’Association Regards d’Orient & d’Occident de Tours, Administratrice de l’Association Victor Segalen, trésorière adjointe de l’Association Francophone Internationale de Recherche Scientifique de l’Éducation. Spécialiste de l’œuvre de l’académicien François Cheng et de la littérature chinoise, elle consacre de nombreuses études sur ces sujets comme l’ouvrage François Cheng, pèlerin entre l’Orient et l’Occident, à l’écoute du monde ou encore l’article « L’influence de la Chine sur les Arts en France au XVIIIe siècle » paru dans Littérature et Nation. En tant que poétesse, elle publie ses productions dans des revues poétiques telles Phoenix, Archers, Étrave et en petits opuscules dont l’un des plus récents est intitulé À linfini de soi suivi dÉclats d’encres. Site web : www.afdetouraine.com/

Pérette-Cécile BUFFARIA (T. 2015) :
Professeure d’Italien au département de Langues et Cultures étrangères de l’Université de Lorraine-Nancy 2. Ses domaines de recherches portent sur la littérature italienne du XVIIIe au XXIe siècle, l’histoire littéraire, l’écriture du moi et le bilinguisme. Elle est l’auteure de nombreuses traductions dont celle d’Antonio Gibelli, Berlusconi ou la démocratie autoritaire. Elle a écrit, par ailleurs, Le Théâtre de Dario Fo et France Rame avec Paolo Grossi ou encore Gli scrittori e la Grande Guerra.  Elle est interprète, collabore activement avec l’Instituto Italiano di Cultura à Paris, est membre du jury du prix Campiello France (équivalent du prix Goncourt de la traduction) et codirigea la collection des Cahiers de l’Hôtel de Galliffet.

Isabelle Rachel CASTA (T. 2011) :
Professeure en littérature française à l’Université d’Artois d’Arras, membre permanent de « Textes et cultures », membre de l’Association Internationale de la Critique Littéraire à Tours. Ses principales thématiques de recherches sont la littérature de jeunesse, les littératures noire, fantastique et criminelle. Elle a écrit un livre qui évoque le genre policier : Plein feux sur le polar. En lien avec ces objets majeurs, elle travaille également sur les œuvres de Victor Hugo, Alfred de Vigny, Alexandre Dumas, Jules Verne, Gaston Leroux, Ernst Jünger et surtout Julien Gracq. Dautres travaux portent sur la sérialité, le cinéma amércain, la novélisation, la fanfiction, la dark fantasy, les sagas vampiriques ainsi que sur lexploration des protocoles médico-légaux transposés en littérature, c'est-à-dire ce qui concerne la thanatofiction. Dans ses Nouvelles mythologies de la mort, elle analyse par exemple la représentation du morbide en littérature, au cinéma, à la télévision.

Michel CASTA (T. 2015) :
Maître de conférences hors classe en Histoire contemporaine de l
Université de Picardie Jules Verne dAmiens. Ses domaines de recherches concernent lhistoriographie, la biographie, lhistoire religieuse et culturelle, lhistoire de léducation aux XIXe et XXe siècles. Il est lauteur de Le Prêtre corse au XIXe siècle et participe régulièrement à lélaboration des manuels scolaires de la 6e à la Terminale (filières générales et professionnelles) chez Hachette et Magnard pour la partie Histoire-Géographie-Instruction civique.

Guillaume CHAMPEAU
(2017) : Directeur Éthique et Relations Publiques de Qwant à Paris. Ancien journaliste fondateur et rédacteur en chef du web magazine Numerama.com, en avril 2002, dédié à l’actualité informatique et numérique, intégré au groupe Humanoid depuis 2015, il mit à profit sa formation de juriste pour traiter des questions spécialisées sur le droit international et européen des droits de l’homme sur fond de liberté et d’égalité. C’est le 1er novembre 2016 qu’il quitte le magazine pour se lancer dans l’aventure Qwant, le moteur de recherche français, dans la perspective d’apporter des solutions à la protection d’une éthique numérique qui respecte la vie privée et les droits à l’information.

Georges CHAPOUTHIER-FRIEDENKRAFT (T. 2015) :
Directeur de recherche émérite au CNRS, ancien chercheur associé au Baylor College of Medicine à Houston aux États-Unis, il est à la fois neurobiologiste et philosophe, deux disciplines dans lesquelles il est Docteur d’État. Par ailleurs poète sous le pseudonyme de Friedenkraft, il reçut de nombreuses distinctions dont le Prix Blaise Cendrars décerné par la Société des Poètes français. Son originalité est d’avoir établi des correspondances entre le biologique et le philosophique, notamment à travers le concept de « mosaïque » qui met en jeu la notion de structure. En effet, ses études sur la complexité des organismes vivants trouvent des applications littéraires, surtout en poésie. Il écrivit, entre autres, L’Homme, ce singe en mosaïque, Kant et le chimpazé - Essai sur lêtre humain, la morale et lart, ainsi qu’un article, paru dans la Revue Indépendante, intitulé « Des parcours littéraires en mosaïque » où il est en partie question du « narratoème » bouraouïen. Il défend également les langues dialectales comme le saintongeais, affilié à la langue d’Oïl, et rédigea un livre de blagues en ce dialecte : O faut bin rigoler in p’tit ! L’ensemble de sa carrière, avec des intérêts en apparence diversifiés et étanches, témoigne des passerelles possibles entre des domaines d’activités différents et illustre parfaitement l’orientation avantageuse à tirer de l’interdisciplinarité. Cela fait de lui un spécialiste de la philosophie de la biologie.

Naïma CHARAFI (T. 2014) :
Professeure de langue et littérature françaises, directrice du programme de langue et de communication de l
ONU aux États-Unis, rédactrice des discours de Ban Ki-moon et membre honoraire de la Phi Beta Delta Society sise à lUniversité dÉtat de Californie. Elle donne des cours de langue pour les diplomates et le personnel des Nations Unis et est principalement spécialisée en politique internationale, dans les enjeux mondiaux, dans les problèmes sécuritaires, informatiques et stratégiques, ainsi que dans les questions liées à la diplomatie. Par ailleurs, elle soccupe des entrevues et des évaluations de candidats dans le cadre de missions auprès de différents ministères ou de contingents militaires et de police.

Jacques CHAUVIN (NT. 2015) :
Ethnologue formé à l’EHESS de Toulouse, détenteur d’un DEA d’anthropologie sociale et d’ethnologie, dirigé par Daniel Fabre, sur Les Cordonniers et l’écriture : transmission des savoirs et identités. Parallèlement à l
exercice de la cordonnerie pour gagner sa vie, il établit un rapport d’étude pour la Mission du Patrimoine ethnologique, accessible sur le site du Ministère de la culture, qui synthétise ses recherches tout en présentant une bibliographie de cordonniers écrivains : Les cordonniers et la transmission des savoirs : anthropologie historique d’une identité professionnelle. Son domaine de recherche porte plus précisément sur les écrivains d’expression populaire comme Augustin Hérault, Margravou et Gaston Chaissac au sujet desquels il communique dans de nombreux colloques d’ethnologie régionale.

Hugo CLÉMOT (T. 2013) :
Docteur en philosophie, professeur agrégé, chargé de cours de philosophie et de cinéma à l’Université de Tours et chercheur associé au Centre de philosophie contemporaine de la Sorbonne. Ses thématiques de recherche portent sur la philosophie (l’ontologie) analytique et anglo-saxonne du cinéma et à travers le cinéma, la philosophie du langage ordinaire, de l’action et des sciences humaines, la critique cinématographique, l’esthétique et les cultures populaires. Il aborde, par exemple, Edgar Morin, Stanley Cavell, Ludwig Wittgenstein, Howard Hawks, Éric Rohmer. Il est l’auteur de Les Jeux philosophiques de la trilogie Matrix. Par ailleurs, il s’attache à expliquer les mécanismes qui font paradoxalement associer un anti-héros (comme Dexter Morgan, personnage de la série télévisée américaine Dexter) aux mythes des super-héros.

Claudine COMBE (NT. 2016) :
Historienne de formation et après quelques années au service de l
Éducation nationale comme enseignante, elle sengage dabord dans le développement touristique de lAuvergne. Aujourdhui chargée de mission au Conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes dans le domaine du sport, elle est aussi militante pour les droits des femmes et des personnes LGBT. Elle est lauteure dun ouvrage sur Rose Combe, la romancière garde-barrière et sintéresse particulièrement la Région dAmbert et de la vallée de la Dore (Puy-de-Dôme), ainsi quà la place de la femme dans la société française entre 1870 et 1930.

Éric COSTEIX (T. 2012) :
Ancien ingénieur biologiste, spécialiste du cinéma et chargé d’enseignement à l’Université François-Rabelais de Tours. Ses recherches portent sur l’histoire du cinéma. Il travaille plus précisément sur Carpenter, Téchiné, Bazin, Deleuze, Resnais au sujet duquel il a écrit l’ouvrage Alain Resnais, la mémoire de l’éternité. Considérant que le cinéma, même s’il subit des influences extérieures, possède ses règles qui lui sont propres, il travaille autour d’outils spécifiques capables d’analyser son objet d’étude autour du pouvoir des images ou de la représentation du passé par des images présentes. Il en ressort des conclusions surprenantes qui dévoilent les défauts d’un film à succès ou les forces d’un autre difficile ou passé inaperçu. Membre du comité de rédaction des Carnets des cinémas Studio de Tours, il œuvra le premier à la mise en place de films mal considérés au départ : le film fantastique.
 
Jean-Luc DAUPHIN (NT. 2012) :
Linguiste, historien, romancier, président de la Société archéologique de Sens. Ses principales thématiques de recherches se portent sur le récit romanesque dans l’Yonne, l’histoire et l’histoire littéraire au Siècle des Lumières et au XIXe siècle. En lien avec ces objets, il travaille sur Joseph Joubert, Denis Diderot et François-René de Chateaubriand. Il présente à son actif une centaine de publications parus et à paraître dans divers domaines depuis 1973 : articles, organisations de colloques, monographies, romans.

Luc DAVIN (NT. 2015) :
 Diplômé du Conservatoire d’art dramatique, certifié de lettres modernes, il est également jeune chercheur à l’Université Paul-Valéry-Montpellier 3 et l
Université Paris III-Sorbonne Nouvelle. Ses principaux intérêts de recherche portent sur le théâtre du XVIIIe siècle et du XIXe siècle naissant, et en particulier, dans le cadre des études shakespeariennes, ses imitations et ses réécritures en France, mais aussi sur le théâtre comique depuis le XVIIIe siècle à nos jours : il prépare à ce sujet un essai sur le théâtre de Feydeau, et une édition des OEuvres complètes de Ducis. Il a dirigé à Montpellier le premier colloque des jeunes chercheurs du département de littérature de la Faculté des lettres en 2016. Il a récemment publié un article dans la Revue du CRINI (2016) et donné dernièrement une conférence à lUniversité dOxford sur les récits politiques dans le théâtre de Shakespeare (2018).

Alain DEFLESSELES (T. 2018) :
Docteur en Sciences du langage spécialisé en didactique linguistique et formateur TICE. Il a enseigné, des sciences au français en passant par l’économie et le journalisme télévisé à des élèves handicapés en maternelle jusqu’aux professeurs de collège et lycée en formation continue. Il a également dirigé de nombreux mémoires de Licence et de Master. Formé aux Sciences (Master), au FLE (Master), aux arts (Master) et à la didactique (PEMF), il s’est particulièrement intéressé, ces dernières années, à l’enseignement / apprentissage du français par des étudiants chinois en universités chinoises. Influencé par la complémentarité transdisciplinaire des formations qui ont façonnées sa pensée, il aborde volontiers d’autres questions de façon systémique, mais toujours en étayant son propos par une observation / analyse / hypothèse / expérimentation / théorisation propre aux Sciences. Il s’intéresse à l’usage éducatif de l’informatique dans la pratique pédagogique et essaie ainsi de toujours développer un aspect de ses sujets dans ce sens. À présent, il tire profit de la méthodologie doctorale pour tenter de répondre à d’autres questions que soulève mon milieu professionnel.

Emmanuel DERONNE (T. 2014) :
Maître de conférences en grec ancien et en linguistique à l’Université de Lorraine, membre du laboratoire de l’ATILF (CNRS-Nancy). Ses domaines de recherches portent sur la didactique, la littérature, les variations des constructions verbales au sujet desquelles il publia un certain nombre d’articles universitaires dont « Embarquement immédiat ». Depuis quelques années, il s’attache à tirer de l’oubli l’œuvre de son père Robert Reus.

Chantal DHENNIN-LALART (T. 2017) : Docteure en histoire contemporaine, membre du laboratoire HLLI à l’Université Lille Nord de France, correspondante de l’IHTP au CNRS de Paris. Ses articles et ouvrages traitent de thématiques liées à la guerre, la conquête, le phénomène migratoire. Elle est l’auteure d’Illies, Lieu de mémoire de la Grande Guerre.

Nicole DUBUS-VAILLANT (NT. 2012) :
Ancienne enseignante de lettres modernes du secondaire, photographe, éditrice, conférencière, créatrice des Ateliers d’Expression Artistique en lecture-écriture avec des écrivains et des artistes renommés. Ses principales thématiques de recherches concernent la littérature de voyage et l’engagement des femmes de lettres, par exemple à travers son A lombre de Colette : la fidèle Pauline. En lien avec ces objets, elle étudie Chateaubriand, Pierre Loti, Albert Camus, Guillaume Apollinaire, Mac Orlan, Le Braz, Queffelec. Par ailleurs, ses travaux et écrits sur Jean Cocteau, au sujet duquel elle a réuni et publié les Lettres à Mario Brun, journaliste, sont particulièrement reconnus. Enfin, dans le cadre de son attachement à mettre en valeur lévolution du statut de la femme dans la société, elle écrivit, avec Yvan de Wilde, Charlotte de Bourbon : à lombre du trône dEspagne. Pour cette biographie, lAcadémie des Lettres et des Arts du Périgord leur décerna le Prix dHistoire 2014. Sa maison dédition fait parfois lobjet de beaux articles parus dans le magazine historique Point de vue et est présente dans des salons littéraires prestigieux. Site web : editionsvaillant.net

Olivier FACQUET (NT. 2015) :
Enseignant en Histoire et en Histoire des Arts au Lycée Jean Monnet à Joué-lès-Tours. Auteur d’un mémoire sur Jean Royer et les débuts de la Cinquième République sous la direction de Michèle Cointet, il fut ensuite rédacteur et programmateur des Rendez-vous de l’Histoire à Blois (cinéma) en 1997 et 1998 puis devint, pendant toute la première décennie du XXIe siècle, membre de l’équipe de rédaction des Éditions du Studio (cinéma d’art et d’essai) de Tours qui publie Les Carnets des Cinémas Studio dans lesquels il proposa régulièrement des articles. Depuis avril 2006, il tient, de manière bimensuelle en moyenne, le blog tourangeau Pickachu de critique cinématographique. Site web :
pickachu.over-blog.net/

Séverine F
ÉRON (T. 2014) : Chercheure ATER agrégée en Éducation musicale et chant choral au sein du département de musicologie et chercheure associée au Centre Georges Chevrier de l’Université de Bourgogne (CNRS uB UMR 5605), membre de la Société des Études Romantiques et Dix-neuviémistes ainsi que du Centre International de Réflexion et de Recherche sur les Arts du Spectacle. Depuis sa soutenance de thèse doctorale sur Les Adaptations parisiennes du Don Juan de Mozart et Da Ponte (1805-1834) : contribution à l’histoire du goût musical, sous la direction de Jean Mongrédien (Paris-Sorbonne), elle travaille à une Monographie sur Castil-Blaze et la vie musicale en France aux éditions Aedam Musicae, sur les ballets ou encore sur Jos van Immerseel. Elle a récemment publié un article dans un numéro « spécial Baccalauréat 2013 » dans l’Analyse Musicale sur les « Réflexions sur l’évolution du timbre à travers le mythe de Don Juan de Mozart à Richard Strauss ».

Laurent FOURNIER (NT. 2018) :
Cadre de la fonction publique territoriale, ancien chef du service aide sociale à l’enfance, actuellement chargé de mission au Conseil départemental de l’Isère. Ayant une formation de droit et de sciences sociales dans le domaine de la protection de l’enfance et plus de vingt ans d’expérience dans ce domaine, il est chargé de piloter l’accompagnement au changement des pratiques dans l’Isère à Grenoble.

Noé GAILLARD (NT. 2015) :
Ancien enseignant de langue et littérature françaises pendant vingt-cinq ans, il s’adonna au journalisme dans la presse écrite comme Infomatin, Toulouse matin mais est plutôt connu pour ses nouvelles dont Le Souffleur de verre (en collaboration avec Richard Canalin) qui se trouve dans La Grande Anthologie de la Fantasy. Il traduisit, par ailleurs, des romans et nouvelles pour le compte des éditions J’ai Lu ou Rivages. Chez Presses Pocket, il traduisit de nombreuses nouvelles de science fiction et de fantasy contenues dans le cycle Isaac Asimov présente (vol. 6, 7, 9).

Charlotte GENDRON (NT. 2013) :
Titulaire d’un Master 2 d’anglais obtenu à l’Université François-Rabelais de Tours, auteure du mémoire intitulé Les Représentations des femmes dans les suburbs aux États-Unis au travers de quatre séries télévisées dirigé par Georges-Claude Guilbert et assistante de français à lUniversité de Bucknell aux USA, en Pennsylvanie. Elle s’intéresse à la civilisation américaine, aux « cultural studies », aux « gender studies » et au féminisme. Elle a plus récemment collaboré avec Marie-Christine Kreamer pour démontrer « Comment les séries télévisées américaines critiquent la femme au foyer par une analyse des genres » dans LÉvolution de la démarche critique dans le monde culturel.

Jean Marie GOULEMOT (T. 2014) :
Professeur de Lettres émérite de l’Université François-Rabelais de Tours, membre honoraire de l’Institut Universitaire de France. Il a enseigné par ailleurs aux États-Unis, au Brésil et au Canada. En tant que dix-huitiémiste, il travaille sur Rousseau, Diderot, Voltaire et Jamerey-Duval. Il s’intéresse plus particulièrement à l'histoire des idées dont il est spécialiste ainsi qu’à l’histoire des bibliothèques et du livre dont il évoque ses rapports dans L’Amour des bibliothèques. Il a également travaillé sur un auteur issu de la classe paysanne dont il a exhumé le souvenir avec la publication des Mémoires de Valentin Jamerey-Duval. Très récemment, il rédigea l
article « Moeurs » dans le Dictionnaire critique de lutopie au temps des Lumières dirigé par Bronislaw Baczko, Michel Porret et François Rosset.

Sylvie JACOBÉE-BIRIOUK (T. 2018) :
Docteur ès lettres de l’Université Paris XII, spécialisée dans la littérature comparée du XIXe siècle, elle enseigne le français et le latin au lycée Bossuet de Meaux, ainsi que la communication à l’IUT de l’université de Marne-la-Vallée, antenne de Meaux. En compagnie d’Éric Sivry, elle a animé pendant de nombreuses années une émission sur R.V.M., « Le Pont des Arts » ; elle est cofondatrice avec lui du Groupe Intuitiste et présidente des éditions D’Ici et D’AilleurS. Elle a écrit des ouvrages critiques sur Le Horla de Maupassant, Les Planches courbes d’Yves Bonnefoy, a participé à un manuel scolaire de français pour le lycée, chez Nathan. Enfin, elle a publié plusieurs recueils poétiques et deux recueils de contes et nouvelles..

Éric JACOBÉE-SIVRY (T. 2012) :
Enseignant de lettres et latin au Lycée international Bossuet à Meaux, chargé d'enseignement à l’Université de Paris-Est Marne-la-Vallée, membre du PEN-Club. Ses principales thématiques de recherches concernent la grammaire de la poésie, la transpoétique et le récit autobiographique poétique au XXe siècle. En lien avec ces objets, il étudie Marcel Proust, Yves Bonnefoy, Colette, Henri Bosco, Gérard de Nerval ou Hédi Bouraoui. Poète lui-même depuis les années quatre-vingts, il est le fondateur du « groupe intuitiste » pour lequel il a écrit un manifeste en 2003, Pour un art de l’Intuition. C’est par ce biais qu’il se rapproche et s’écarte à la fois des théories bouraouïennes sur l’intuition. Il a récemment écrit un essai, L’Arlequin de la lumière : l’univers poétique de Giovanni Dotoli.

Roger KLOTZ (T. 2012) :
  Docteur ès Lettres, professeur honoraire de lettres modernes et de provençal à Marseille. Ses principales thématiques de recherches concernent le théâtre et les écrivains provençaux. En rapport avec ces objets, il travaille sur François Castil-Blaze, Armand Lunel, Félix Gouin, Victor Gelu. Il a écrit de très nombreux articles relatifs à lhistoire et la littérature contemporaines et sintéresse également au félibrige au sujet duquel il écrivit, dans la Revue des études juives, un article consacré à « Limage du Juif dans le Trésor du Félibrige de Mistral ».

Marie-Christine KRAEMER (NT. 2012) :
Retraitée de la banque, titulaire d’un Master 1 d’anglais de l’Université François-Rabelais de Tours, elle donne des cours particuliers de langue anglaise. Son principal domaine de recherche se porte sur la littérature anglo-américaine aux XIXe et XXe siècles. Elle travaille sur Edgar Poe et Winston Churchill. Elle a écrit un article sur « Oscar Wilde, une nature provocatrice » dans La Provocation en littérature à l’occasion d’un colloque international organisé par l’Association Internationale de la Critique Littéraire.
Plus récemment, elle a collaboré avec Charlotte Gendron pour démontrer « Comment les séries télévisées américaines critiquent la femme au foyer par une analyse des genres » dans LÉvolution de la démarcher critique dans le monde culturel.

Monique W. LABIDOIRE (NT. 2015) :
Née à Paris de parents hongrois émigrés en France, la poétesse, membre du PEN-Club français, fut lauréate du Grand Prix de la Ville de la Baule et reçut le prix du Président de la République de la SPAF en l’an 2000 pour Mémoire du Danube, puis obtint le prix Aliénor, en 2009, pour Requiem pour les mots. Sa rencontre avec Guillevic, en 1965, fut déterminante pour son avenir de poétesse. Une longue amitié les unit jusqu’à la mort du poète en 1997. Elle anima de nombreux ateliers de poésie tout en conduisant une vie professionnelle dans un cabinet d’études. Elle fut, pendant près de vingt ans, l’une des animatrices du Mercredi du Poète où elle présentait des poètes contemporains dans toute leur diversité et collabora à de nombreuses revues et colloques. Ses travaux critiques sont innombrables : Guillevic, Andrée Chedid, Marie-Claire Bancquart, Alain Duault, Marc Alyn, Jean-Michel Maulpoix, André Velter, Serge Wellens, Bernard Vargaftig, Claudine Helft, Hédi Bouraoui, Richard Rognet, Max Alhau, Gabrielle Althen, Maurice Couquiaud et beaucoup d’autres.

Gérard LECHA (T. 2013) :
Docteur en psychologie sociale et en sociologie de la connaissance, docteur ès Lettres modernes, enseignant-chercheur retraité de l’Institut du Travail Social et de l’Université François Rabelais de Tours, membre de la Commission Pédagogique Nationale des I.U.T. Ses principaux domaines de recherches concernent l’éphémère mouvement autobusiaque (1967-1977), la sociologie des organisations et la psychosociologie autour des concepts et manifestations d’anomie et de marginalisation. En lien avec ces objets, il travaille sur Michel-Georges Micberth, Han Ryner et Eugène Bizeau. Il présente à son actif une trentaine de publications parues et à paraître depuis 1965 : poésie, théâtre, essais, chroniques, actes de colloques, articles pamphlétaires libertaires et de recherches critiques.

Bernard LÉGER (NT. 2012) :
Enseignant d’histoire retraité, président de la Société d’Études d’Avallon, membre de l’Association Internationale de la Critique Littéraire. Ses principaux domaines de recherche concernent le patrimoine avallonnais sous l’angle historique, architectural et littéraire ; la sauvegarde de monuments. En lien avec ces objets, il travaille sur Savinien Lapointe, Jean-Louis Renaudot, Magravou. Il présente à son actif une trentaine de travaux et publications parus et à paraître dans divers domaines depuis 1986 : actes de colloques, articles.
 
François LE GUENNEC (NT. 2012) :
Enseignant de Lettres hors classe retraité actuellement à l’Université du Temps Libre d’Orléans, conférencier agréé par l’Université de Bourgogne, membre de l’association Mix-cité 45 à Orléans. Sa principale thématique de recherche est la littérature féminine. En lien avec cet objet, il travaille sur Marie de France, René Vivien, Colette, Léon-Paul Fargue, Leoš Janaček. Il présente à son actif plus d’une dizaine de travaux et publications parus et à paraître dans divers domaines depuis 2007 : livres et études, actes de colloques, directions de colloques, recueils de fictions.

Yann LE PUITS (NT. 2012) :
Enseignant d’anglais retraité, poète, romancier, nouvelliste, critique littéraire. Principalement intéressé par le langage bien ciselé, il travaille sur les œuvres de Jean-Marie Laclavetine, Jean Genet et Bernard Clavel qu’il a personnellement connu et dont il est l’un des spécialistes. Il écrivit un recueil de nouvelles, Reprise des vides, en gros caractères afin d’en faciliter l’accès aux les malvoyants. En 2011, la Société des Poètes Français lui a décerné le prix Aloysius Bertrand pour son recueil de poèmes en prose Sous le regard des étoiles, distinction que vint confirmer la publication, par ce même éditeur, l’année suivante. Ce livre fut partiellement traduit en allemand. Site web : yannlepuits.hautetfort.com


Sylvain LOUET (T. 2018) :
Agrégé de lettres modernes au Lycée Montaigne à Paris et docteur en études cinématographiques (Jurisfictions et tribunaux imaginaires cinématographiques : Enjeux poétiques, théoriques, historiques, sous la direction de M. Cerisuelo, LISAA EA 4120, soutenu en juin 2018 à l’ENS), membre du jury de l’Éducation nationale à Cannes, Sylvain Louet a contribué à une trentaine de publications scientifiques et à une vingtaine de colloques. Dernières publications : « Le regard sans paupière : du dégoût de la violence à la violence du dégoût dans la cinématographie américaine », in Albert Montagne (dir.), Violence, censure et cinéma, CinémAction (n° 167) et « Le portrait de la star dans Bombshell : une poétique de la métalepse et une autopromotion de Jean Harlow et de la MGM », in Jean-Loup Bourget, Françoise Zamour (dir.), Jouer l’actrice.

Camille Noé MARCOUX (NT. 2013) :
Titulaire dun double Master en Histoire et en Histoire de l
Art obtenu à l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand, actuellement rattaché à lUnivrrsité Lyon 3 Jean Moulin. En tant quhistorien, il est spécialiste du premier XIXe siècle français. Sa principale thématique de recherche porte sur la littérature prolétarienne et le journalisme littéraire durant les années 1830-1850. Il a notamment écrit plusieurs articles dans la revue Autour de Vallès sur le journal parisien et républicain Le Bon Sens publié dans les années 1830, et a aussi animé une émission radio autour du « Paris-Bohème, de Balzac à Vallès » (Radio-Campus), collaboré au tome 3 de la Correspondance générale dEugène Sue dirigé par J.-P. Galvan, ainsi que la première édition posthume décrits du poète romantique Louis-Agathe Bertaud (1810-1843) dont il est le spécialiste.

Jean-Louis MEUNIER (T. 2012) :
Chargé d'enseignement à l’Université de Nîmes, président de l’Institut Européen Séguier (IES), membre du centre de recherches Représenter et Inventer la Réalité du Romantisme à l’Aube du XXIe siècle (RIRRA 21) de l’Université Paul Valéry à Montpellier III, membre de l’Association Internationale de la Critique Littéraire (AICL). Ses principales thématiques de recherches sont la littérature populaire, les médias, le discours critique et social, les arts, la poétiques, l’esthétique, l’histoire, les archives et le patrimoine. En lien avec ces objets, il étudie Pierre Louÿs, Marguerite Yourcenar, Charles-François Landry. Il présente à son actif une vingtaine de travaux et publications dans divers domaines : livres, articles, conférences et organisations de colloques.

Stéphanie MICHINEAU (T. 2012) :
Écrivaine-chercheuse indépendante française, membre de l’Unité de Recherche en Littérature, Discours et Civilisation de l’Université de Sfax en Tunisie. Elle est connue pour avoir composé un triptyque sur Colette dont le troisième volet est Colette : par delà le bien et le mal ?
Sa notoriété s’étend au Maroc et en Tunisie où de nombreux articles lui sont consacrés. Spécialisée dans les oeuvres auto/fiction, elle est spécialiste à deux têtes : Collette et Serge Doubrovsky (France - Amérique). Jouissant dêtre membre scientifique de nombreux colloques en France et  internationaux et afin de les promouvoirs (avec autres), elle est actuellement auteure C. G. : Classiques Garnier, rue de la Sorbonne à Paris (Revue Alkémie). En tant que spécialiste de l’écriture de soi, elle fut contributrice aux deux revues de Philippe Lejeune : La Faute à Rousseau et les Cahiers de l’APA (Association pour l’autobiographie) ainsi qu’au site « Autofiction.org ». Ancienne membre de la Société des Amis de Colette, elle collabora aux Cahiers Colette. Sites web : stephanie-michineau.publibook.com et facebook.com/pages/-St%C3%A9phanie-Michineau-Ecrivain-Chercheur-/212361018850060

Pascale MONTRÉSOR TIMPESTA (T. 2018) :
Docteure de l’Université de la Réunion, enseignante de Lettres modernes au collège Marcel Pagnol à Gravigny. Elle a écrit, entre autres, « La parole défragmentée » publié dans L’Esthétique de la résistance et de la relation dans les littératures africaine et antillaise et « L’hybris, vecteur d’héroïsation » dans les Carnets de l’Association Portugaise d’Études Françaises.

Bérengère MORICHEAU-AIRAUD (T. 2016) : Agrégée de Lettres modernes, maître de conférences en langue et littérature françaises, spécialisation en linguistique de l’énonciation et en stylistique. Depuis 2012, enseignante au sein de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA), rattachée au Centre de Recherches en Poétique, Histoire Littéraire et Linguistique (CRPHLL). Auteure d’une thèse sur La représentation de discours autre et ses rapports avec l’ironie dans À la recherche du temps perdu. Publications notamment sur le discours rapporté sur le plan théorique, et sur le discours rapporté dans le texte proustien ; sur le comique proustien ; sur le polar ; sur les jeux de mots ; sur la didactique des Lettres ; sur la préparation aux concours.

Fabrice NOWAK (T. 2018) :
Docteur en littérature française, chercheur associé au CELLF à l’Université Paris-Sorbonne et thérapeute psychocorporel. Ses recherches portent sur les études littéraires et les pratiques de la littérature en lien avec les neurosciences, l’anthropologie, la philosophie, la sociologie et la pédagogie Waldorf-Steiner. Après une activité enseignante et dix années des formations supplémentaires aux techniques de bien-être et de soin, désireux d’acquérir une certaine indépendance, il fonda son cabinet de thérapie psychocorporelle à Gentilly dans la visée de soigner l’esprit par le corps à travers le toucher sans abandonner la recherche qu’il mène en parallèle de manière complémentaire. Site web : www.renaitrealajoie.com/

Peter-Abraham OKWA-ONDO (T. 2018) :
Docteur en socio-anthropologie et en philosophie, enseignant à l’Université de Cergy-Pontoise et chargé d’enseignement à l’Université de Tours et de Poitiers. Ses domaines de compétence portent sur les dynamiques interculturelles, la socio-anthropologie économique, l’anthropologie sociale et culturelle, la pédagogie interculturelle, l’exclusion, le lien social, la philosophie de l’existence, la philosophie de l'esprit, la logique, l’ontologie, l’éthique, la philosophie de l’éducation ainsi que l’enseignement spécialisé et la médiation culturelle des apprentissages pour public en difficulté. Il est l'auteur de Nouvel humanisme et ontologie africaine.

Cédric PÉROLINI (T. 2014) :
Enseignant de Lettres dans le secondaire et à l’Université d’Avignon. Il étudie l’oeuvre de Léo Malet au sujet duquel il consacra sa thèse de Doctorat et écrivit un essai remarquable : Léo Malet, mauvais sujet : Nestor Burma passe aux aveux. Son enseignement est ainsi nourri de littérature savante tout autant que de littérature populaire trop souvent esquivée. Ainsi mit-il en valeur roman policier et activités douteuses et marginales avec l’article « Léo Mallet : le petit délinquant devenu parrain du polar ».
 
Ange-Toussaint PIETRERA (NT. 2014) :
Chargé d’enseignement en Histoire à l’Université de Corse Pascal Paoli, en préparation d’un Doctorat en Histoire Contemporaine, membre de la Société des Sciences Historiques et Naturelles de la Corse. Il est l’auteur de plusieurs articles sur le colonialisme, la Résistance et Maria Gentile. Dans le cadre du projet d’une Nouvelle anthologie de la littérature corse, dirigé par Eugène F.-X. Gherardi et porté par l’UMR CNRS 6240 LISA dans lequel il est attaché, il aborde les domaines littéraire, historiographique et culturel corses. Il s’intéresse par ailleurs au cinéma.
 
Christophe PREMAT
 (T. 2014): Docteur en science politique, chercheur associé au Centre Émile Durkheim à l’Université de Bordeaux, enseignant à l’Université de Stokholm et enseignant d'histoire à l'école Franska Skolan. Son domaine de recherche concerne la théorie démocratique, l’insertion professionnelle, la formation tout au long de la vie, les stratégies d’internationalisation des systèmes éducatifs en Europe, le système politique suédois et la politique linguistique dans l’Union Européenne. Il dirigea notamment, avec Isabelle Guinaudeau et Astrid Kufer, le Dictionnaire des relations franco-allemandes qui parut simultanément en allemand. Parallèlement, il mène un engagement militant dans le parti socialiste français, concernant les Français de l’étranger, aux côtés d’Axelle Lemaire dont le but commun est l’égalité des femmes et des hommes. Il réfléchit, en outre, à l’amélioration d’un système universitaire valorisant les docteurs et exprime de sérieuses retenues sur les réformes du début du XXIe siècle visant à créer des pôles dits d’excellence dans les universités devenues autonomes qui cacheraient un désarroi intellectuel et qui éloigneraient des véritables préoccupations de la recherche.

Céline RICHARD (NT. 2018) :
Doctorante d’études portugaises, brésiliennes et de l’Afrique lusophone à l’Université Paris-Sorbonne. Elle a un chapitre dans Romantic Weltliteratur of the Western Hemisphere, “A “Dawn in tears” (V. Hugo). Aurora and twilight of History, in Allegorical Art and Literature, in Transnational Romanticism: in search of the Meaning of History”.

Agnès ROCHE (T. 2014) :
Maître de Conférences en Science Politique à l’Université d’Auvergne de Clermont-Ferrand. Ses travaux de recherches sur le communisme et le monde paysan lui valurent le prix Émile Guillaumin, en 2007, pour son ouvrage Émile Guillaumin, un paysan en littérature. Cet écrivain paysan l’accompagna ainsi plusieurs années au cours desquelles elle travailla pour le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français pour s’occuper des auteurs syndicalistes de l’Allier. Par ailleurs, ses écrits sur l’écologie politique représentent l’aspect le plus important de ses travaux. Elle publia L’Écologie au pouvoir en collaboration avec Daniel Boy et Vincent Jacques Le Seigneur.

Martine SAGAERT (T. 2015) :
Professeure à l’Université du Sud Toulon-Var, essayiste, biographe, auteure d’ouvrages pour la jeunesse. Elle travaille sur la critique génétique et le récit autobiographique autour d’André Gide, Paul Léautaud, Christine Rochefort. Dans ce cadre, elle mit au jour la Correspondance André Gide - Charles-Louis Philippe ainsi que le Journal (1926-1950) d’André Gide. Elle vient de diriger un ouvrage collectif sur Le Sein : des mots pour le dire.
  
Claude SCHOPP (T. 2013) : Docteur d’État ès Lettres et Sciences humaines, ancien lecteur en langue et littérature françaises à l’Université (Moscou, Tchécoslovaquie, Norvège), ancien attaché culturel à l’ambassade de France de Tunis et de Camberra, enseignant, biographe et romancier. Sa principale thématique de recherche concerne les auteurs populaires du XIXe siècle et l’histoire de ce siècle. En lien avec ces objets, il travaille sur Victor Escousse et est un spécialiste reconnu mondialement d’Alexandre Dumas. Il présente à son actif plusieurs dizaines de publications parues et à paraître depuis 1982 : biographies, éditions critiques, essais romanesques.

Marion SIMONIN (T. 2014) :
Docteure ès lettres modernes et chargée d’enseignement à l’Université - Sorbonne Nouvelle - Paris 3. Elle a enseigné en école préparatoire privée (épreuves de synthèse de textes et TAGE-MAGE pour les concours d’entrée aux grandes écoles de commerce), a écrit divers articles dont « La déformation du réel chez Jules Supervielle ou la quête poétique du corps » (Cahiers ERTA). Elle est par ailleurs orthophoniste en libéral.

Aliénor STRENTZ (2017) :
Membre associée du Centre de Recherche en Ethnomusicologie (UMR 7186-CNRS), elle est docteur d’une thèse d
ethnomusicologie ayant porté sur « le Ca trù », une musique connotée d’élitisme lettré au Viêt-Nam. Elle a suivi une riche formation en musique, musicologie, anthropologie et littérature (ancienne Khâgneuse du Lycée Fénelon, ancienne Sorbonnarde et étudiante de Nanterre). Ses intérêts de recherche étaient alors l’esthétique, la transmission et la fabrication musicale de distinction sociale. Pianiste classique de formation, elle a suivi, lors de ses enquêtes de terrain au Viêt-Nam, un apprentissage du chant et des instruments du Ca trù auprès de maîtres reconnus. Elle est aussi Lauréate de la Fondation de la Vocation depuis 2009, et ancienne boursière de l’École Française d’Extrême Orient. Après la soutenance de sa thèse de doctorat et la publication de divers articles d’ethnomusicologie, elle suit plusieurs formations à la pédagogie Maria Montessori, tant à Paris qu’en Suède. Désormais diplômée de cette pédagogie, elle envisage un projet de Collège-Lycée Montessori, avec une orientation spéciale sur l’éducation à la Paix. Elle est actuellement professeur de piano à Blois et s’intéresse également à la pédagogie pianistique.

Pascal-Philippe STRENTZ (NT. 2018) :
Gérant de l’entreprise Mega Gloukoupis Metis - C.E. où il travaille comme consultant senior et manager de transition. Après avoir été diplômé comme ingénieur mécanique en Suisse et obtenu, au Royaume-Uni, un Master en Management stratégique international, il se spécialisa peu à peu dans le conseil des affaires et autres conseils de gestion. Il occupa dès lors des postes de consultant et de directeur dans des entreprises ou en cabinet d’avocat. Site web : www.mgm-ce.eu

Amirpasha TAVAKKOLI (NT. 2018) :
Doctorant en Études politiques au Centre d’Études Sociologiques et Politiques Raymond Aron à Paris, animateur-conférencier professionnel. Dans le cadre de l’Association EVEIL, agréée par l’Éducation nationale, il intervient dans les établissements auprès de classes souhaitant aborder les questions liées aux « Préjugés », à la « Discrimination » et au « Stéréotype » dans le cadre éducatif en parallèle du programme lié sur l’éducation civique et celui de la vie scolaire de lécole. Le but étant d’éveiller les jeunes à la citoyenneté. Plus spécifiquement, il travaille sur la question morale dans les utopies littéraires.

François TÉZENAS du MONTCEL (T. 2012) : Docteur en littératures classiques et modernes, enseignant agrégé de Lettres classiques. Sa principale thématique de recherche porte sur la narratologie. En lien avec cet objet, il travaille sur Roger Martin du Gard. Il est également porté vers le récit autobiographique et rencontra à plusieurs reprises le co-fondateur de l’Association pour l’autobiographie Philippe Lejeune. Il y déposa un manuscrit qui fut édité depuis sous le titre Mon frère des limbes. Il s’est illustré par ailleurs en concevant un roman policier à deux mains avec Jean-Michel Auxiètre, L’Aristocrate et le Brayaud, ainsi, en tant que chroniqueur, que des récits acerbes sur sa vision de la société à travers ses Chroniques irascibles et Pamphlétudes.

Frédéric-Gaël THEURIAU (T. 2010) :
Enseignant de langue et littérature françaises, écrivain, critique littéraire et essayiste, chercheur associé à l’I.C.D. à l
Université François-Rabelais à Tours et au Canada-Mediterranean Centre de York University à Toronto, membre et dirigeant de nombreuses associations littéraires (Association Internationale de la Critique Littéraire, Société des Amis du Centre d’Études Supérieures de la Renaissance, PEN-Club, George Sand Association), il est titulaire dun doctorat en lettres modernes consacré à lédition analysée des poésies complètes de Savinien Lapointe. Il est le directeur-fondateur du Centre d’Études Supérieures de la Littérature. Spécialiste de la littérature populaire du Moyen Âge à nos jours et de la littérature romantique au XIXe siècle, il dirige le Dictionnaire littéraire des écrivains d’expression populaire. Il s’intéresse aussi à la poésie sociale et à la critique littéraire. En lien avec ces objets majeurs, il travaille sur Savinien Lapointe, Bernard Palissy, Honoré de Balzac, Anatole France, Paul Valéry, Jules Verne, Loys Masson, Marguerite Audoux, George Sand, Fernand Cormon. Site web : fredericgaeltheuriau.fr.gd
 
Thanh-Vân TON-THAT (T. 2012) :
 Professeure de littérature comparée et francophone à Paris-Est Créteil, poétesse. Ses principales thématiques de recherches portent sur l’écriture romanesque et autobiographique aux XIXe et XXe siècles ; les récits de la Commune de Paris. En lien avec ces objets, elle travaille sur Marcel Proust, Gustave Flaubert, Victor Hugo, Nathalie Sarraute, Théophile Gautier, Léon Cladel. Elle présente à son actif une soixantaine de travaux et publications parus et à paraître dans plusieurs domaines depuis 1994 : articles, livres, actes de colloques, poésies.

Marianne VILLIERE (NT. 2018) : Artiste compositrice de situations, elle tire de l'espace urbain quotidien de quoi nourrir sa créativité plastique. Elle expose et intervient depuis les années 2010 dans différentes galeries à Nancy, Paris, Genève (Suisse), Belfort, Strasbourg, Luxembourg. La place de l'artiste dans la société, les micro-pratiques urbaines, la liberté, les systèmes culturels sont ses principales préoccupations. Elle est l'auteure de quelques articles dont "Des gestes sur l'écran aux gestes de rue : City Lights de Charlie Chaplin" dans la Revue Multitudes. Site web : mariannevilliere.net/
 
Frédérica ZÉPHIR (T. 2012) :
Docteure en littérature comparée, enseignante de Lettres chargée de cours et chercheur associé au Laboratoire Interdisciplinaire Récits, Cultures Et Sociétés (LIRCES) à l’Université de Nice Sophia-Antipolis. Ses principales thématiques de recherches portent sur les rapports de l’éthique et de l’écriture, l’analyse et la théorie narratives. En lien avec ces objets, elle travaille également sur les œuvres de Virginia Woolf, Panaït Istrati, Stefan Zweig, André Gide, Romain Rolland et Pierre-Jean Jouve. Elle présente à son actif une douzaine de travaux et publications parus et à paraître dans plusieurs domaines depuis 2004 : articles et contributions à des ouvrages collectifs, actes de colloques.

Gabon

Gyno Noël MIKALA (T. 2015) : Enseignant de stylistique, de rhétorique et de littérature à l’Université Omar Bongo de Libreville, Maître de Recherche au département de Littérature et de Sciences de la communication de l’Institut de Recherche en Sciences Humaines (IRSH) du Centre National de la Recherche Scientifique et Technologique du Gabon (CENAREST). Membre actif du laboratoire GRILNA (Groupe de Recherche sur l’Identité Littéraire Négro-Africaine). Son domaine de recherche porte sur la satirologie dans les espaces francophones. Il a écrit plusieurs ouvrages sur le sujet comme les Stratégies discursives de la satire et rhétoriques de la honte, La Poétique de la satire dans le roman francophone ou Lire la satire dans des romans gabonais.

Pri
sca OTOUMA (T. 2018) : Docteure en langue et littérature française, enseignante au collège Croix dArgent de Montpellier et poétesse. Ses préoccupations de recherche portent sur la littérature du XIXe au XXIe siècle, la littérature francophone en relation avec la question du silence, notamment chez le poète roumain Horia Badescu et l’écrivain et poète libanais Salah Stétié. Elle a écrit quelques articles dont « La quête de l’être dans Le Vol de l’oie sauvage d’Horia Badescu » dans Les Littératures en langue française : Histoire, mythe et création. Elle a publié deux recueils poétiques : Un Instant d’amerridées et À corps confus, accord perdu.

Grèce

Chara KOLOKYTHA (NT. 2013) :
Chargée d’enseignement à l’Université de Northumbria au Royaume-Uni. Ses activités sont axées sur la peinture, la sculpture et la critique d’art. D’origine grecque, elle participe, en outre, à la connaissance des arts du bassin méditerranéen pour laquelle elle obtint le prix Marc de Montalembert, distinction remise par Frédéric Mitterrand récompensant un projet de recherche intitulé La Revue artistique et littéraire française Verve (1937-1960) : l’activité d’éditeur et de critique d’art de son fondateur, Tériade. Dans le cadre d’une exposition sur Tériade à l’Institut française d’Athènes, elle propose une conférence visant à faire connaître le critique d’art et éditeur français, lesbien d’origine.

 
Haïti

Théophilo JARBATH (NT. 2018) :
Chercheur stagiaire au Centre d’Études Ethnologiques et de Recherches sur le Vodou à Port-au-Prince, explorateur et spéléologue, photographe documentaire, vidéaste et réalisateur autodidacte, il prépare un Master à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales de Paris en ethnoécologie et patrimoine immatériel des espaces hydriques en Haïti. Il a travaillé sur l’histoire centenaire (1915-2015) d’un hydronyme et d’un toponyme de la commune Carrefour, la Rivière-Froide. Ses recherches portent sur la sculpture en pierre, le patrimoine hydrique, l’eau aux frontières des sciences naturelles, humaines et sociales, l’anthropologie de l’eau (mythes, objets, usages, savoir-faire et techniques, traditions et coutumes, rite asperseur… des jeux autour et dans l’eau), l’ethnoécologie des espaces hydriques, le patrimoine immatériel et matériel de l’eau ainsi que sur la sculpture en pierre de la Rivière-Froide. Il est enfin le président-fondateur de Hydropolis, une structure associative interdisciplinaire qui possède trois axes d’interventions sur l’eau (Consultation, Informations et Formations) pour et avec les communautés, et ayant une archive de données photographiques, audiovisuelles et sonores sur le domaine de l’eau. Il mène de nombreux et longs travaux photographiques, documentaires (Littoral, le feu, les marais salants, les rivières, l’eau, les espaces hydriques) avec sa coéquipière et compagne Ketline Romeus tout en continuant des recherches de terrain sur un nouveau hydronyme et un toponyme du Sud d’Haïti pour retracer son histoire. Il a réalisé son premier court-métrage sur l’eau : Le Regard de l’autre. Ses travaux artistiques lient texte, photographie, sons et vidéos, collage et installation des objets qui sont du domaine de l’environnement et de l’eau.

Iran

Mahdi AFKHAMI NIA (T. 2016) : Maître de Conférences en didactique du Français Langue Etrangère à lUniversité de Tabriz. Travaillant sur la traduction, lhumour, la presse, les systèmes verbaux en français et en persan, il est lauteur de lEnseignement du FLE aux adultes iraniens et collabore à la revue Recherches en langue et littérature françaises.

Allahshokr ASSADOLLAHI TEJARAGH (T. 2013) : Professeur de Lettres à l’Université de Tabriz, ancien doyen de la faculté des Lettres et Langues étrangères, ancien vice-président de cette Université. Il a par ailleurs été élu plusieurs fois meilleur chercheur et enseignant de sa faculté. Ses recherches portent sur la traduction, la littérature et la langue française aux XIXe et XXe siècles. Il s’intéresse à Balzac, Camus, Sarraute, Sartre, Heidegger, Foucault, Proust. Il travaille aussi sur l’art et la littérature persans, l’écriture de soi, les critiques génétique et linguistique. Sur ces deux derniers sujets, il a publié un livre, Critique génétique en art et en littérature, et finalise un autre sur la Critique linguistique et poétique de texte. Site web : asatid.tabrizu.ac.ir/en/pages/default.aspx
 
Israël

Bluma FINKELSTEIN (T. 2014) : Professeure émérite de littérature française et comparée à l’Université de Haïfa. Elle représente une importante figure de la littérature israélienne francophone en faveur dun rapprochement avec la Palestine et entre juifs et arabes. Elle est plus particulièrement spécialiste du dialogue judéo-chrétien. Son œuvre littéraire et ses engagements pacifiques furent reconnus par l’attribution du prix du Président de l’État d’Israël puis par sa nomination de Chevalier de l’Ordre National du Mérite français. Ses recueils poétiques furent traduits en hébreux et en roumain. Elle a écrit l’essai L’Héritage de Babel : éloge de la diversité ainsi que des romans et des recueils poétiques dans une langue - le français - apprise au départ en autodidacte avant de présenter une thèse de doctorat de lettres modernes à l’Université de Strasbourg et qui fait actuellement d’elle une défenseuse de la francophonie.

Simone GROSSMAN (T. 2015) :
Professeure de littérature française et québécoise au Département de culture française à l’Université Bar-Ilan, elle obtient souvent le prestigieux statut de professeure invitée à l’Université York (Toronto, Canada), l’Université de Dalhousie (Halifax, Canada). Son domaine de recherche porte essentiellement sur le fantastique qu’elle analyse sous l’angle des rapports entre le scriptural et le pictural comme dans son ouvrage Regard, peinture et fantastique au Québec. À ce titre, elle est membre du Centre d’Études et de Recherche des Littératures de l’Imaginaire où elle donne des conférences. Elle étudie, par ailleurs, Paul Gadenne, Suzanne Lilar, Louis Aragon, André Pieyre de Mandiargues, Gérard Etienne. Ayant séjourné plusieurs fois au Québec à l’occasion de bourses d’études, elle s’est peu à peu dirigée vers la littérature contemporaine québécoise, fantastique, postmoderne, féminine, migrante à travers Marie-José Thériault, Aude, Christiane Lahaie, Marie-Pascale Huglo, Sergio Kokis, Ook Chung et Gérard Etienne. Enfin, l’interrelation entre texte et illustrations est son sujet de préoccupation actuel.

Italie

Angela BUONO (T. 2015) : Professeure chargée des cours de littératures francophones à l’Université de Naples « L’Orientale » en Italie. Elle consacra sa thèse doctorale à l’œuvre d’Hédi Bouraoui : Errance et Méditerranée dans l’œuvre d’Hédi Bouraoui. Elle écrivit par ailleurs un nombre important d’articles sur lui ainsi que sur Marie-Claire Blais en s’attachant à mettre en avant les aspects universel et humaniste de ces deux auteurs. Au sujet d’Hédi Bouraoui, elle insiste plus particulièrement sur la notion de « transpoétique » en adoptant une démarche réflexive sur l’écriture poétique, le langage, la recherche de néologismes, la vision transculturelle, l’aspect migratoire et nomade de ses productions. Ses recherches portent plus généralement sur la littérature autochtone francophone du Québec.

Claudia CANU FAUTRÉ (T. 2015) : Chercheuse en littérature française et comparée à l
Université de Paris IV-Sorbonne ainsi quà l’Université de Cagliari, en Italie, elle anime un laboratoire de Traduction et création de poésies intuitistes et propose différents séminaires à l’intérieur des modules d’enseignement de littérature française tenus par Mario Selvaggio. Ses recherches portent sur les littératures francophones, le genre policier, le roman d’apprentissage, la Méditerranée et la poésie contemporaine. Elle organise des colloques internationaux, des rencontres avec les écrivains et des ateliers littéraires. Elle est l’auteure de nombreuses publications scientifiques dont l’ouvrage collectif Il treno e le sue rappresentazioni tra XIX e XXI secolo.

Giovanni DOTOLI (T. 2018) :
Professeur émérite de langue et littérature françaises à l'Université de Bari,
ancien vice-président de cette université, cours de civilisation française à la Sorbonne, écrivain, poète, essayiste, traducteur. Il travaille sur la littérature et la culture populaire de la Renaissance à nos jours, la littérature francophone méditerranéenne et la littérature québécoise. Dans le cadre des rapports entre la France et l’Italie, il est le directeur du Nouveau dictionnaire général bilingue français-italien/italien-français et participe à tout ce qui est lié aux préoccupations de l’Académie française dont il reçut le Grand Prix, en 2000, pour le rayonnement de ses travaux en français.

Alessandra MARONGIU (NT. 2015) :
Inscrite en première année de master en Langues et littératures modernes européennes et américaines, licenciée en Langues et cultures pour la médiation linguistique de la faculté de Sciences Humaines de Cagliari. Durant son cursus universitaire, elle eut l’occasion d’assister à plusieurs colloques portant sur le mouvement intuitiste et eut également l’opportunité de participer au Laboratoire de traduction poétique, dirigé par Claudia Canu-Fautré, et qui a contribué à la réalisation de la version italienne de l’œuvre de Maggy de Coster, En version poétiqueIn versione poetica.

Cecilia SANNA (NT. 2016) :
Doctorante à l
Université de Cagliari en Sardaigne, elle fut assistante de langue italienne dans le secondaire en France et le supérieur en Italie. Elle travaille actuellement comme guide touristique bilingue tout en poursuivant ses recherches sur les écrivaines de lépoque victorienne.

Mario SELVAGGIO (T. 2015) : Poète, traducteur, essayiste et critique littéraire, il est maître de conférences en littérature française à l’Université de Cagliari (Sardaigne). Spécialiste de la littérature francophone canadienne et maghrébine, il s’est occupé notamment de Gaston Miron et de la Génération de l’Hexagone, et de l’écrivain franco-marocain Tahar Ben Jelloun. Il est l’auteur de nombreux essais et études critiques comme Gaston Miron, la poesia, la vita et La città e le sue rappresentazioni nell’opera di Tahar Ben Jelloun. Par ailleurs, il travaille dans le domaine de la traduction littéraire, poétique en particulier. A ce titre, il a reçu le prix Horace 2016 décerné par le Cénacle Européen Francophone : Poésie, Art, Lettres. Il a créé et dirige plusieurs collections de poésie, entre autres « Poèmes sans frontières - Poesie senza frontiere », aux éditions Polìmata de Rome, qui accueille les voix les plus fascinantes du panorama francophone contemporain. Il a créé et dirige avec Giovanni Dotoli, aux éditions EUR de Rome, les collections « Les Poètes intuitistes - I Poeti intuitisti », « I Grandi Classici della Poesia romantica francese - Les Grands Classiques de la Poésie romantique française », « Treno e immaginario », « Poesia per ragazzi », « Narrativa per ragazzi », et « Skené. Revue de littérature française et italienne contemporaines ».

Libye

Saïd AL KHABBASH (T. 2013) :
Historien, ancien chercheur associé au projet Maghribadite au CNRS,
traducteur à l’UNESCO. Ses principales thématiques de recherches portent sur l’époque médiévale, le monde arabe, l’histoire de l’ibadisme au Maghreb, l’histoire du Djebel Nefûsa et la fiscalité omeyyade. Il présente à son  actif quelques travaux et publications parus et à paraître dans plusieurs domaines depuis 2011 : articles, décryptages et traductions de manuscrits anci